La campagne Indiegogo de la Jolla Tablet a dépassé les 1 750 000 dollars !

Le mardi 9 décembre 2014 en fin de soirée, la campagne de financement Indiegogo de la Jolla Tablet a dépassé le second but de 1 750 000 dollars !

stretch-goals-update-5

Le second but est donc atteint, la Jolla Tablet pourra avoir l’écran partagé pour gérer deux applications en même temps.

Le troisième but à 2 500 000 $ qui devait apporter une puce 3.5G en plus du wifi pour 30$ de plus, n’est donc pas atteint puisque la campagne de financement a terminé le mercredi 10 décembre 2014 au matin.

Source

A propos de Nicolas SUFFYS

Co-fondateur de JollaFr.org et Nokians.fr. Linuxien de longue date et possesseur de Nokia N900, N9, N950, Jolla, Oneplus One, Lumia 830.

15 commentaires à propos de “La campagne Indiegogo de la Jolla Tablet a dépassé les 1 750 000 dollars !

  1. « Le second but est donc atteint, la Jolla Tablet pourra avoir l’écran partagé pour gérer deux applications en même temps. »
    J’attends ça avec impatience sur le JollaPhone (pour avoir Here+ et iCoyote simultanément, le vignetage interrompant les applis androids) …
    Surtout que le 3eme objectif, avec un port USB OTG ou du wifi, il reste possible de l’obtenir soit via une connexion tethered vers le JollaPhone, soit en pluggant une clef USB (driver !) 4.5G …

  2. Pour le troisième objectif, je me demande si ils ne vont pas proposer une option, mais plus cher que 30$. Ce serait bête de ne pas profiter pour ramasser un peu plus de pognon pour un développement supplémentaire qui, vu le nombre de tablette pré-commandées, n’est certainement pas déraisonnable.

    Pour l’écran partagé, je ne sais pas si le jolla phone en profitera, encore plus pour deux machines virtuelles dalvik: Ca doit quand même consommer un max de RAM, et quand on voit leurs difficultés pour gérer la mémoire vive actuellement… C’est d’autant plus inquiétant que 1Go sur un smartphone, cela reste encore plutôt dans le haut du pavé actuellement.
    La tablette aura 2 fois plus de mémoire vive. Certes, l’écran est plus grand et donc la partie allouée au traitement vidéo sera plus important, mais ce surplus de mémoire sera certainement plus qu’utile pour gérer ce système d’écran partagé.

    Enfin, on ne sait pas grand chose sur le mode de fonctionnement de cet ajout en interface: Cela va impliquer que les apps soient recodées pour tenir compte d’un redimensionnement dynamique (donc pour les apps android… Bof) ou, dans le pire des cas, envisager que seules certaines apps puissent être utilisées dans ce cas de figure. A voir, et pas sûr que cela soit encore clair même pour le staff Jolla.

    • « Enfin, on ne sait pas grand chose sur le mode de fonctionnement de cet ajout en interface: Cela va impliquer que les apps soient recodées pour tenir compte d’un redimensionnement dynamique  »
      Tu confonds toujours les boulots respectifs du windows manager et de l’appli Normalement, si l’UI de Sailfish n’est pas codée par des gorets, ce ne sera pas la peine : c’est à l’interface graphique (enfin avec le génialissime Wayland, je ne parierai pas, mais avec la grosse merde de X Window c’est toujours le cas) d’utiliser les primitives OpenGL (qui elles même utilisent celles du GPU) pour effectuer les homothéties nécessaires (1/2, en laissant des bords aux fenêtres, y-a plus compliqué) …

      • Oui mais non: On est bien d’accord que les applications pourront s’afficher, mais comme pour une page web, tout dépend de comment le développeur a mis en place les éléments constitutifs de son interface: Calé à droite, à gauche, centré, positionnement absolu en pixel etc. On le voit sur l’exemple de l’illustration Jolla: L’app messagerie est recalée correctement, cela n’aurait pas été le cas si cela avait été pensée pour ne fonctionner que dans une définition d’écran donnée: Les éléments à droite n’auraient tout bonnement pas été visible, ou, comme tu le suggère, on aurait eu une fenêtre « dézoomée » quasi illisible. Pas forcément la meilleure solution.

        Évidemment, avec l’avènement du web et des logiciels fenêtrés, ce genre de considération est rentré dans les mœurs depuis des décennies, mais les apps de smartphone ont quelque peu fait oublier ce genre de problème… Même si ça fait très noob.

        J’ai déjà pu observer ce soucis sur des apps android, qui ne se calent pas correctement à l’écran du Jolla. Donc autant dire que cette problématique n’est pas l’apanage de Wayland, X ou Dalvik: Il y a des préconisations à respecter du coté du développeur pour ne pas faire un boulot de cochon, même si il est invisible sur l’appareil de développement principal. D’ailleurs, une notice réalisée par Jolla parlait de ces points-là voilà quelques mois.

        Quant au débat Wayland/X, mes connaissances sont bien trop limitées à ce sujet pour en débattre sérieusement.

      • La résolution et la taille de l’écran oblige probablement la totalité des applications Sailfish a être réécrite. D’ailleurs il n’est dit nul part que les applis Jolla Phone fonctionneront directement sur Jolla Tablet. On le voit bien sur les visuels promotionnels de Jolla Tablet que c’est assez différent: le lock screen , la liste des applis ouvertes en format landscape, le changement d’ambience par un pulley menu qui contient des images.

        • « La résolution et la taille de l’écran oblige probablement la totalité des applications Sailfish a être réécrite. » Pourquoi penser cela? Android, comme tous les OS aujourd’hui qu’ils soient mobiles ou non, permettent cela.

          • Pas vraiment. Les applications sont simplement codées pour être adaptées aux diverses résolutions.
            On avait aussi le cas de l’arrivée des écrans retina, certainnes applis fonctionnaient, mais ne tenaient pas compte de la résolution accrue. Cela impose de créer des icônes de taille différente, si ceux-ci ne sont pas gérés en vectoriel.

            Bref, il faut de toute façon s’attendre à une nouvelle version des outils internes de développement, qui permettront d’intégrer ces composantes et devra certainement faire partie du processus de validation.

          • joejoe: « Pas vraiment. Les applications sont simplement codées pour être adaptées aux diverses résolutions. »
            Faut juste arreter de coder avec les pieds… Si tu prends ton PC, à part quelques programmes pourris (fenetre de configuration des variable d’environnement de windows, c’est à toi que je pense), la plupart des programmes sont redimensionnables, et peuvent s’adapter d’un coin d’un 15″ à un plein écran en HD. Il faut juste ne pas placer les objets a des positions/tailles fixes mais dynamique. C’est le role des conteneurs (La classe QLayout dans le cas de Qt) de justement adapter la position/taille des elements qu’ils contiennent.
            Grace à ça ça s’affiche correctement sur toutes les résolutions.

            Ensuite, il y a le look et l’ergonomie, qui peuvent être affectés quand on on fait le grand écart en résolution ou surface d’affichage, et pour lesquels on peut adapter la forme. C’est l’exemple des CSS des sites mobile et bureau, ou du fait de profiter d’un mode paysage pour afficher deux choses cote à cote (vue evenements sur la tablette Jolla). Le problème ici n’étant pas vraiment la résolution (on trouve des téléphones en full HD), mais pour simplifier la navigation et la lecture au type de support.

            Le cas iOS et retina est un peu particulier dans le sens où ça ne tourne que sur les iPhones et donc dans des résolutions connues, contrairement aux dizaines de résolutions trouvable sur android. Ca n’incite pas les bonnes pratiques. De plus ça à joué sur la densité de pixels plus que sur la surface, chose qui reste un peu tordu à gérer quel que soit le support (PC compris).

  3. Et même, à la cloture, très précisément :1.824.055 $ COLLECTÉS SUR UN OBJECTIF DE 380.000 $ soit une sous-estimation de 480% de l’interet que pouvait porter le publique à ce projet !

    Entre ça et la rupture de stock du JollaPhone, on peut dire que les ex Nokia finissent bien l’année !

    • Ça prouve surtout que la communauté Jolla, malgré les plâtres essuyés cette année, restent bien fans de l’OS. La demande est là, certes, c’est une goutte d’eau par rapport aux chiffres d’affaires des autres entreprises, mais il faut bien commencer par quelque chose, et presque deux millions de dollars pour un produit à sortir dans six mois, c’est une sacrée marque de confiance je trouve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*