Marc Dillon: «l’ouverture est le nouvel écosystème»

Lors de la présentation donnée par Marc Dillon ce matin, à laquelle nous n’avons pas pu assister pour cause de badge de trop bas niveau, le PDG de Jolla a parlé de l’innovation dans le monde du mobile.

Le site mobileworldlive.com donne un résumé de cette conférence, dont voici une traduction.

Marc Dillon affirme que l’industrie du mobile est le dernier pas dans l’âge d’or des écosystèmes, et que tout le monde se retrouve compressé.

Il affirme que les opérateurs ont peur de devenir des «tuyaux», [à savoir qu’ils ne serviront qu’à distribuer de la data]. Même si c’est acceptable pour certains, tout le monde sait que lorsqu’on fait des compromis, les marges s’amenuisent, et le gagnant est celui qui fournit le plus gros forfait, et le moins cher.

Il a continué en disant que les fabricants se retrouvent aussi compressés. Lorsqu’il est descendu de l’avion à Barcelone, la première chose qu’il a vu était une publicité pour un fabricant affirmant avoir réinventé le mobile, sauf que tout ce qu’il voyait était comme les autres téléphones Android.

Marc a ensuite affirmé qu’en regardant le futur, que l’ouverture était la clef pour contrer ces problèmes, car elle permet un grand degré d’innovation.

«L’ouverture est le nouvel écosystème, et l’indépendance à un écosystème est quelque chose qui pousse à innover. Beaucoup de personnes ont peur de l’Open source, mais il ne faut pas en avoir peur. Beaucoup de buisness-models sont disponibles pour ça. Et l’ouverture signifie aussi ouvert à l’innovation.»

Alors que l’entreprise prépare un logiciel et un matériel à la façon d’un Apple ou d’un Blackberry plutôt que de s’appuyer sur un écosystème comme Android ou Windows Phone, le CEO de Jolla a aussi souligné des bénéfices que cela pouvait apporter.

«Quand vous contrôlez tout, le matériel et le logiciel, et que vous êtes capable de contribuer à un système open-source et au matériel en même temps, alors vous créez votre propre expérience utilisateur, et il peut-être varié. Vous pouvez aussi créer votre propre design industriel et aussi packager le tout comme vous voulez.»

«Et plus important, vous pouvez créer des services qui font le buisness et faire encore plus d’innovation»

Source de la photo

A propos de Sfiet_Konstantin

Développeur Qt, fan du N950 et du N9, et ayant un regard critique dans le monde de la mobilité et leurs interfaces graphiques, j'ai aussi été stagiaire chez Jolla durant l'été 2013.

8 Replies to “Marc Dillon: «l’ouverture est le nouvel écosystème»”

  1. Et dans le discours et dans le look, c’est une rock star ce Marc Dillon!
    Le « Unlike » du slogan n’est pas immérité je crois même s’il fait des parallèles avec Apple et Blackberry.
    J’attends la concrétisation de tout ça avec une réelle impatience.

    • D’ailleurs je sais pas si je dois faire un article ou pas, mais en rentrant de Barcelone, j’ai travaillé sur un petit hack. Et en utilisant les Sailfish components dans le code (aka Silica), j’ai réussi à le faire en un peu plus de 40 minutes, ce que je trouve vraiment peu 🙂

  2. salut, quelqu’un pourrait-il m’expliquer ce qu’il faut pour avoir une image disque Sailfish pour N9 s’il vous plait ? Le SDK n’est pas fait pour ça parait-il, alors que faut-il ? quelles sont les phases de développement ? peut-on attendre une image Sailfish pour le N9 et si oui sous quel délai ? si non qu’attendre ? merci

    • Je vais faire long, et puis au pire, si la question se répète, je vais la copier dans un article.

      Le SDK Sailfish distribué par Jolla durant le MWC est un SDK permettant de développer des applications, sur nos ordinateurs. Sachant que tous les ordinateurs ont une architecture de processeur dite « X86 », le SDK a naturellement été fait (compilé) pour du X86.

      Le simulateur de Sailfish est aussi une version X86, ce qui lui permet d’avoir des performances assez grandes, même si c’est un simulateur (doit simuler le matériel).

      Les téléphones, et donc le N9 ont une architecture ARM. L’image que Jolla a fournie pour le simulateur, étant X86, est incompatible avec ARM. Il n’est donc pas possible d’utiliser les composants du SDK pour effectuer un port de Sailfish.

      En fait, ce qu’il manque actuellement est tout simplement les sources pour l’interface graphique, et aussi certains drivers pour l’adaptation. Nemo tourne très bien sur le N9, et Sailfish est en grande partie basée dessus. Les sources des composants Silica et l’écran d’acceuil ne sont pas encore libérées, et n’ayant pas de version adaptée pour ARM de sortie, il n’est pas possible de les mettre sur un N9.

      Jolla n’annonce pas de délai, car ils ont d’autres priorités, cependant, on peut attendre que les images pourront être construites lorsque le premier JollaPhone sortira.

      À priori, Jolla va nous aider à construire une image, et donc on peut probablement attendre que tout fonctionne comme sur le N950 de test de Marc Dillon. Pas d’émulateur Android, car c’est une solution tierce propriétaire.

      J’espère avoir été clair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*