Une introduction à Jolla (2)

Sans autre forme d’introduction, voici la deuxième partie de l’historique Jolla. Cette fois-ci, nous allons parler de MeeGo, ses promesses et sa chute.

Un mariage arrangé

Nokia et Intel ont tous les deux eu des intérêts à conclure cette union. Le premier souhaitait trouver un soutien de poids pour avoir des puces performantes, alors que le second souhaitait percer dans le marché des smartphones.

Mais les deux entreprises ont peiné à travailler ensemble. Nokia a rapidement jeté l’éponge, fermant le développement, laissant Intel seul. La communauté, voyant que le projet open source l’est de moins en moins, grogne …

La faute venait de Nokia, mais les tenants et aboutissants sont complexes et il faut remonter plusieurs années en arrière pour en comprendre la cause. Avant MeeGo, Nokia développait Maemo 6, connu sous le nom d’Harmattan. Cette version, qui ne correspond pas entièrement aux spécifications de MeeGo devait servir de plateforme de transition vers MeeGo, mais a connu de nombreux déboires.

La malédiction de Harmattan

Harmattan a connu une genèse difficile. Son développement a commencé juste après la sortie de Maemo 5 et du N900, au sein d’une équipe plus grande et importante au sein de Nokia. En effet, Maemo puis MeeGo étaient censé remplacer les Symbian vieillissant dans le haut de gamme.

L’utilisation de Qt comme plateforme clef pour unifier le développement sur Symbian et MeeGo a été vu de l’extérieur comme quelque chose de bénéfique mais en interne, ce fut une source de tensions. Deux équipes distinctes étaient chargées de créer le thème Qt pour Symbian et MeeGo et ont été en concurrence. Finalement, le thème Symbian a été annulé et des milliers d’heure-homme gâchés.

L’interface a aussi été source de problèmes et de retards. En effet, pour Harmattan, il a été développé pas moins de trois interfaces différentes.

Colombus et l’interface à activités

Le premier appareil Harmattan à voir le jour aurait dû être Colombus.

Le RM 581, nom de code Columbus

Columbus était prévu pour début 2010, peu après l’annonce de MeeGo. L’interface à activités était censée être une version améliorée des widgets de Symbian. Les retours des testeurs étaient bons, mais des problèmes de communication entre les différentes équipes ont fait que l’IU s’est retrouvée trop complexe, avec une multitude de petits widgets.

Le projet a été enterré une fois la deadline passé et un nouveau projet a commencé pour créer un nouvel appareil sous Harmattan. Le design du téléphone a, quant-à lui, été repris par l’équipe Symbian pour créer le N8 et ses variations.

Dali et simple UI

Dali a été un nouveau départ en terme d’IU. À la place  d’une grille complexe de widgets, l’accent a été mis sur la simplicité et sur le multitâche. L’appareil a été développé assez rapidement et en environ 6 mois, était prêt. Cependant, l’IU, qui était au niveau des autres systèmes mobiles, n’a pas été considéré comme suffisamment compétitif. Les unités ont été produits avant qu’il soit annulé ont été reconvertis en N950, l’appareil pour développeur lancé avec le N9.

Le RM680, dont le nom de code était Dali, a été reconverti en N950

Lankku et Swipe

Basé sur l’idée du multitâche et en faisant (selon la rumeur) à un cabinet externe, l’interface Swipe est développé. Le travail commence en fin 2010 et continue jusqu’en 2011, malgré la catastrophe du 11 février.

L’équipe responsable du projet savait que le produit était innovant et risquait de faire un hit, mais cette fois, la stratégie d’entreprise a changé et le N9 − nom de code Lankku − n’était plus le bienvenu.

Sa mise sur le marché, en Septembre 2011, a été limité à quelques pays, mais il est clair qu’il a marqué les esprits. Comme le N900, sa capacité à être bidouillé est apprécié, mais aussi son IU, innovante et efficace.

Peu après le N9, un autre appareil, digne remplaçant du N900 aurait dû sortir. Il s’agissait de Lauta, un N9 a clavier, qui a été sacrifié au profit des Lumia.

Un prototype de RM 742, nom de code Lauta

(Remarque: Lauta est un nom qui a été donné à ce téléphone mais on ne sait pas si c’était son nom officiel)

Un abandon prévisible

Harmattan, qui devait n’être qu’une transition, a mis presque deux ans pour sortir. Il a été clair que ce délai, en partie dû au management au sein de Nokia, a été dommageable à la fois à Intel et a Nokia.

De ce fait, la transition vers Windows Phone et l’abandon de MeeGo est presque logique. Intel seul n’est pas capable de gérer le projet, et Nokia, après avoir mis en œuvre de nombreuses ressources, n’obtient que de maigres résultats.

Le passage a Windows Phone de Nokia peut aussi être vu conne une façon de secouer le management, de leur faire passer le message que Symbian, comme MeeGo, ont été des échecs. Le soutien de Microsoft permet aussi de garantir un logiciel de qualité, et la fin des retards cumulés, et semble finalement le seul choix possible pour Nokia.

Mais tout n’est pas sombre pour autant dans le tableau de MeeGo. Nokia a planté de nombreuses graines logiciels dans un terreau fertile de développeurs, et il en est né plusieurs start-up performantes, dont Jolla, qui sera le sujet du prochain article.

Sources

 

A propos de Sfiet_Konstantin

Développeur Qt, fan du N950 et du N9, et ayant un regard critique dans le monde de la mobilité et leurs interfaces graphiques, j’ai aussi été stagiaire chez Jolla durant l’été 2013.

10 commentaires à propos de “Une introduction à Jolla (2)”

    • Heureusement qu’un projet comme Jolla va voir le jour d’ici peu. Ça nous consolera en espérant que ça soit à la hauteur de nos attentes. Dans tous les cas, je vais soutenir car je pense qu’ils peuvent faire leur place sur le long terme. Plus que quelques jours avant l’aperçu de l’interface ! Trop hâte !

      J’espère aussi que Nokia survivra avec son unique stratégie… Windows Phone.

      • On est bien d’accord.

        La seule chose qui va etre dur sera de choisir… entre Nokia qu’on aime pour tout ce qu’il apporte (la photo, le gps, la qualité,…) et Jolla qui va nous offrir un systeme que j’ai découvert avec le N9 et dont je ne peux plus me passer. Dommage on aurait pu tout avoir :'(

          • J’espère, car dans une interview, Jussi Hurmola a dit qu’ils avaient une solution GPS. Je vois mal Jolla adopter le système de Google…

            De plus, Nokia a changé sa stratégie avec sa division Maps. Ils proposent leurs services pour les autres plateformes. Reste à voir le bon vouloir de Nokia ainsi que les tarifs.

  1. « Le passage a Windows Phone de Nokia peut aussi être vu {[conne]} une façon de secouer le management, de leur faire passer le message que Symbian, comme MeeGo, ont été des échecs. » – joli lapsus!
    Merci pour vos articles!

    Le N900 a été et l’est encore un excellent produit; il y a 3 ans déjà il me permettait d’écouter un clip sur youtube tout en lisant un article sur le site de lemonde. Un vrai ordinateur de poche.

    • De temps en temps je sors mon N900 pour en profiter. Vraiment avant gardiste comme terminal. Au début j’étais un peu déboussolé par le manque d’application, puis j’ai appris à connaitre la communauté qui a énormément apporté. J’en suis vite tombé amoureux. A ce jour, mise à part le hardware vieillissant, il est encore pour moi un exemple de vrai smartphone, en tout cas, un peu plus que le N9 (mon côté gros geek y joue pour beaucoup…).

  2. Quand on voit le bordel qu’était MeeGo au moment de l’arrivée d’Elop, on comprend pourquoi Elop a décidé d’écarter MeeGo de la stratégie de Nokia. Malheureusement l’OS était enfin sur la bonne voie et on est passé à côté de grands smartphones. J’aurai bien remplacé mon N8 par le Lauta si Nokia s’était réellement investi dans MeeGo.

    • C’est pas qu’une question d’investissement. Nokia était riche, mais ça ne l’a pas empêché (et ça ne l’empêche toujours pas) de sortir des produire en retard. Tout simplement parce que le management en multicouches comme celui de Nokia est particulièrement inefficace, et crée de la concurrence aux sein des équipes sans raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*