[Video – Slush 2014] Jolla – L’histoire impossible continue

Jolla Slush 2014 Event

Revivez l’intégralité de la présentation : « Jolla – L’histoire impossible continue » de Marc Dillon lors du Slush 2014.

La conférence commence avec la présentation de Jolla :

  • 128 employés.
  • 22% de femmes, 78% d’hommes.
  • Âge moyen de 33,5 ans.
  • 25 nationalités.
  • Des bureaux à Helsinki, Tampere et Hong Kong.
  • Plus de 30 millions d’euro investis.

Pour finir avec la vidéo sur la présentation de la Jolla Tablet qui fait son effet dans la salle.

Slush 2014 – Jolla, The Impossible Story Continues | Silver Stage

Merci à @YvesPE pour l’info’

A propos de Nicolas SUFFYS

Co-fondateur de JollaFr.org et Nokians.fr. Linuxien de longue date et possesseur de Nokia N900, N9, N950, Jolla, Oneplus One, Lumia 830.

22 commentaires à propos de “[Video – Slush 2014] Jolla – L’histoire impossible continue

  1. Intéressant tout ça, mais j’aimerais savoir quand même quels sont les fournisseurs de minerais de Jolla. Après Cash Investigation, ce genre d’informations devient de plus en plus pertinentes. Jolla m’intéresse parce que cette marque cherche à se démarquer des géants du secteurs, mais se démarque-t-elle vraiment ? A un cadre de BlackBerry France, j’ai posé la même question il y a deux semaines et j’ai obtenu la réponse invariable et si attendue : « Tout le monde fait la même chose ». Ce qui est faux puisque Fairphone s’approvisionne en minerais auprès d’un fournisseur certifié clean. Où en est Jolla sur le sujet ?

    J’ai eu la chance de pouvoir tester un Jolla il y a deux jours et j’avoue que je l’ai trouvé très, très prometteur. Je vais attendre de voir ce que donne Sailfish 02 et la seconde génération de Smartphone. Raison : l’autonomie m’a paru limitée en mode Internet et la qualité de l’écran est améliorable. Ce qui est important pour un produit de milieu de marché à 300 euros. Et puis, j’attendrai d’avoir une réponse sur la question posée plus haut.

    Bonne journée.

    • Il me semble que Fairphone sont les seuls à s’en soucier actuellement. L’initiative reste récente et à une moindre échelle (50 000 téléphones vendus depuis la création du projet). Le projet va même bien au delà de la simple question du minerai, bien qu’il présente encore quelques illogismes écologiques.

      • J’ai lu à peu prêt tout ce qui est paru sur le sujet dans la presse spécialisée et il me semble bien que l’équipe du Fairphone a reconnu qu’il y a encore des choses à faire dans cette voie. Néanmoins, je trouve la démarche intéressante même si perfectible. C’est aussi la voie que je souhaiterais voir adopter par Jolla qui propose quelque chose de neuf au niveau OS et de frais. Il me semble que l’association de la préoccupation éthique et la recherche d’une solution alternative aux grosses écuries (qui pour moi font du surplace depuis deux ans, ne proposant plus que la logique de celui qui a la plus grosse) pourrait être un plus aussi au niveau marketing.

        • Je ne suis pas sûr que Jolla ait actuellement le poids pour permettre de pencher sur ces pratiques. Cependant, la tendance actuelle est de pencher de plus en plus sur ce sujet. Intel l’affiche officiellement, c’est cette taille d’acteur qui fera changer la donne.

          • Fairphone n’a pas vocation non plus de changer les pratiques du secteur (rien ne se fera sans la réglementation contraignante européenne) mais ils proposent une démarchent alternative à ceux qui en ont peu assez d’être pris par les grosses firmes comme des CON-sommateurs. Pourquoi pas Jolla ?

          • Je suis tout à fait d’accord pour que Jolla suive le même chemin que Fairphone. Si les géants refusent de changer leurs pratiques, c’est eux qu’il faut remplacer.

            La seule chose que je reprochais à Fairphone, c’est de vouloir produire un téléphone européen en Chine. Il est tout à fait possible de procéder à la fabrication en Europe pour éviter la démultiplication des allers-retours inutiles du produit.

          • Fairphone a sa propre équipe en charge de trouver, vérifier et adapter les approvisionnements pour le matériel. A coté de cela, il tourne sur un android customisé, ce qui demande bien moins de moyens de développement que ce que Jolla met pour mettre à jour et améliorer son OS.
            Jolla reste une petite équipe, et je ne pense pas que, à nombre de personne constante, que cela soit (encore) vraiment gérable. Après, bien évidemment, c’est mieux de construire bio localement avec uniquement des matériaux traités correctement et extraits en jouant du Mozart.

            (Mauvaise) Blague à part, je pense que tout le monde est d’accord pour s’éviter les matériaux provenant de filiales douteuses, voire criminelles, mais alors dans ce cas-là il faut revoir entièrement le modèle économique de nos sociétés, qui passe par une sous-traitance exacerbée dans des pays en développement, dont les bas coûts sont aussi liés à des pratiques de l’emploi bien plus permissives (je ne suis pas sur que tolérer des enfants dans des usines soit plus moral si ils manipulent des matériaux issus de filières dites « saines »).

            A tout choisir, dans le pays de bisounours, je préfèrerai qu’à terme on puisse envisager un retour de la fabrication d’appareils à haute valeur ajoutée en Europe plutôt que de demander à des fabricants chinois ou indiens de tenir un cahier des charges plus contraignant. Ce « luxe » ne vaut que si l’entreprise a les reins suffisants pour pouvoir avoir sa propre unité de fabrication. On en est bien loin. Déjà, Jolla propose un appareil avec un design maitrisé, pas un bête téléphone badgé au design passe-partout, sur un OS lui aussi banal. Ils font donc preuve d’une volonté de suivi de leur produit que bien des marques d’Android phone n’atteindront jamais.

            Fairphone est sur le papier une très bonne intention, mais a largement été critiqué sur sa capacité à tenir ses promesses. Car c’est bien là le soucis de sa situation: Imposer un cahier des charges, c’est une chose, vérifier toute une chaine de fabrication, depuis les filières de minerais jusqu’au transport final, c’est un travail colossal qui ne se limite pas à une simple vérification de cases cochées sur un formulaire de bonne éthique. Ce travail est d’autant plus important qu’il doit être vérifié constamment.

            Bref, avec 128 employés au compteur, vous voulez vraiment en faire la priorité des priorités? Mieux vaut en tant que consommateur s’insurger contre ces pratiques et boycotter les entreprises qui auraient le pouvoir et les moyens de faire changer la donne. Sinon, c’est une goutte dans l’océan.

            Mais bon oui, si on peut avoir une tablette sans sang coulé, c’est bien bien mieux, je ne dirai pas le contraire. Je suis juste plus pessimiste (réaliste?) sur ce point.

    • On part dans le hors sujet mais bon…
      Cash Investigation à mis le doigt sur les téléphones portable et ça a surement fait prendre conscience du problème à certains (il n’est pas nouveau, mais c’est plutôt rassurant d’en entendre parler), mais c’est juste la partie imergée de l’iceberg, ce qu’ils ne se rendent peut être pas encore compte.
      L’iceberg complet contient tout simplement à peu près tout ce qui contient de l’electronique : de la TV à la voiture en passant par la machine à laver ou sa pendule…
      Je n’ai pas encore entendu quelqu’un poser la question à BMW ou swatch et s’indigner de la réponse…

      • C’est depuis le XIXe siècle qu’on se pose la question de l’aliénation sociale de la marchandise (puisqu’en fait, c’est ce dont on parle). Au fil du temps, des gens se sont indignés de différentes manières, ce sont révoltés aussi, mais le système économique a créé des mécanismes qui ont progressivement atomisé le social pour isoler les gens dans ce que Lipovetsky a appelé « L’Ere du Vide ». Par l’individualisation poussé à l’extrême , il a permis l’émergence d’un CON-sommateur en lieu et place d’un consommateur. Pour ce qui est de l’électronique ou du secteur automobile, des émissions de type cash Investigation, il y en a eu par le passé. Des questions ont été posées et pour le secteur automobile, cela a même été fait par les tribunaux américains (par exemple, à modèle équivalent, la BMW ou la Mercedes vendue aux USA consomme bizarrement plus que de ce côté de l’Atlantique, mais la commission européenne ne veut pas entendre parler d’une attaque contre ce secteur), mais une prise de conscience est lente, beaucoup plus lente que le rouleau compresseur du marketing. Mais le problème n’est-il pas de se poser les bonnes questions, parce qu’une mauvaise question induit forcément une mauvaise réponse.

        • On peut aussi rajouter que les émissions du type Cash Investigation sont généralement faites et traitées pour être les plus scabreuses et partisanes possibles.

          A ce titre, ces émissions utilisent les même outils marketing que ce qu’ils veulent dénoncer… Et de ce fait participent à ce genre de pratique douteuse.

    • Je pense aussi que Jolla devrait jouer cette carte de la responsabilité sociale et écologique pour la création de ses téléphones. Pour un marché de niche comme eu, ça ne peut qu’être un argument supplémentaire. Car je pense que généralement les personnes qui achètent ce genre de téléphone on je pense une réflexion un peu plus poussée sur leur façon de consommer.
      Déjà on peut dire que le design est fait en Finlande et le développement logiciel aussi

  2. Ce quiLe (petit buzz) que ça suscite est vraiment incroyable : même Zdnet y v de sa brève (http://www.zdnet.fr/actualites/tres-forte-attente-autour-de-la-tablette-jolla-39810059.htm), même si le redacteur szmble peu au fait de certains aspects historiques : from ZDnet
    – Rappelons que le finlandais Jolla a été fondé par d’anciens de Nokia ayant travaillé sur feu Meego, devenu WebOS (désormais propriété de LG).

    Enfin vaut mieux lire ça que rien dut tout 😉 …
    Après tout je me rappelle avoir pré-acheter mon Jolla-phone dans l’indifférence quasi générale …

    • Merci d’avoir rattrapé le coup dans les commentaires par ailleurs. M’enfin je crois que jolla a réussi ici un très bon coup de pub: On n’en n’est guère qu’à 6 000 tablettes de reservé, alors que le jolla s’est vendu a priori à plus de 50 000 exemplaires (selon les estimations pour le premier batch, croisé avec le nombre de téléchargements des applis les plus populaires).

      A proposer un but relativement restreint, ils créent un engouement et de la pub gratuite. Bref, du tout bon pour une boite qui vu sa taille cherche une comm. efficace et pas chère.

  3. Sinon vous pensez que l’on va avoir la Maj 10 cette semaine ?
    Je suis un peu impatient, j’ai pas fait la Maj 9 donc ça fait 4 mois que j’ai pas eu de Maj de mon Jolla.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*